Cycle du carbone et la biosphère continentale

La fixation métabolique du carbone doit être effectuée par la photosynthèse.

Figure 1. Cycle simplifié du carbone.

Les plantes incorporent le carbone sous forme de dioxyde de carbone grâce au processus de la photosynthèse et le convertit en sucres, amidon et autres composés nécessaires à la survie de la plante. Le carbone passe de la plante à travers la chaîne alimentaire vers tous les autres êtres vivants. Cela se produit quand les animaux mangent les plantes et que les animaux mangent d’autres animaux.

Les animaux et les plantes rejettent tous les deux du dioxyde de carbone. Ceci est du à un processus appelé la respiration cellulaire durant laquelle les cellules d’un organisme détruisent les sucres pour produire de l’énergie pour les fonctions qu’elles sont censées réaliser. L’équation de la respiration cellulaire est comme suit :

Glucose + Oxygène --> Énergie + Eau + Dioxyde de carbone

i.e. C6H12O6 + 6 O2 --> Énergie + 6 H2O + 6 CO2

Du dioxyde de carbone est aussi retourné dans l’atmosphère quand les plantes et les animaux meurent et se décomposent. Les organismes responsables de cette décomposition relâchent le dioxyde de carbone de retour vers l’atmosphère où il sera de nouveau absorbé par d’autres plantes lors de la photosynthèse. C’est ainsi que dans le cycle, le dioxyde de carbone est absorbé à partir de l’atmosphère puis relaxé vers l’atmosphère encore et encore. Dans le cycle du carbone, la quantité de carbone dans l’environnement reste toujours le même. Toutefois, dans les 200 dernières années l’utilisation des combustibles fossiles et la déforestation ont augmenté la quantité de dioxyde de carbone atmosphérique d’approximativement 28%. Si les humains n’avaient pas utilisés les combustibles fossiles ou altéré la quantité de plantes vivantes, à travers la déforestation, la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère n’aurait pas changé. Le cycle du carbone sur Terre est dominé par les océans, qui absorbent 50% du CO2 relâché dans l’atmosphère pas l’activité humaine. Le carbone qui sédimente au fond des océans peut éventuellement être entreposé pendant des millions d’années.

Figure 2. Cycle biologique du carbone.